Introduction au deuxième dossier thématique

Mourad Djebabla
Doctorant en histoire
Coordonnateur
Chaire Hector-Fabre d’histoire du Québec
UQAM

Depuis 1994 et le premier colloque en histoire militaire tenu au Québec, des historiens québécois et canadiens ont pour ambition de rendre compte d’un passé historique trop souvent occulté par la mémoire collective québécoise: la place du Québec et des Québécois dans les conflits contemporains.

Dans le cadre du 60e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, en partenariat avec la Direction Histoire et patrimoine du ministère de la Défense nationale du Canada, la Chaire de recherche du Canada en politiques étrangère et de défense canadiennes, et Anciens Combattants Canada, la Chaire Hector-Fabre d’histoire du Québec a organisé, les 3 et 4 novembre 2005, le 11e colloque d’histoire militaire sur le thème «La Deuxième Guerre mondiale à l’étude». Le comité d’organisation était composé de Serge Bernier, directeur de la Direction Histoire et patrimoine du ministère de la Défense nationale du Canada, de Robert Comeau, alors professeur au département d’histoire de l’UQAM et actuel directeur de programmation de la Chaire Hector-Fabre, et de Mourad Djebabla, coordonnateur de la Chaire Hector-Fabre.

Cette rencontre scientifique, qui s’est tenue à l’Université du Québec à Montréal, a traité de divers sujets couvrant différents aspects du conflit de 1939-1945, qu’il s’agisse de l’évolution historiographique de l’événement, des nouvelles approches en histoire des opérations militaires, de la politique de guerre du Canada et de son impact sur la société québécoise, de l’usage des communications et des médias en temps de guerre ou des représentations mémorielles du conflit. Cette rencontre scientifique a été enrichie par une approche comparative avec les études européennes.

Conformément à la mission de la Chaire Hector-Fabre d’histoire du Québec, la publication des actes de ce colloque, par le biais du Bulletin d’histoire politique, offre au grand public un accès à la plupart des communications qui ont été faites. La publication se fera en deux parties. Dans ce présent numéro, ce sont les deux premières sessions du colloque qui sont publiées, précédées par un avant-propos où le journaliste-historien Pierre Vennat nous fait part de ses réflexions quant au rapport du Québec à l’histoire militaire.

À propos de la première session du colloque qui portait sur l’état de la recherche et des nouvelles perspectives d’études de la Seconde Guerre mondiale, nous publions les communications du chercheur hollandais Dick Van Galen Last qui met au jour la question de l’évolution de l’historiographie de la guerre de 1939-1945 en Europe, ainsi que celle de l’historien Yves Tremblay qui rend compte de son projet de recherche novateur sur les centres d’entraînement militaire au cours de la Deuxième Guerre mondiale, ouvrant ainsi de nouvelles voies pour aborder cet événement au Québec.

Pour la deuxième session de la rencontre scientifique qui abordait le thème les hommes et la guerre, nous retenons la communication de Daniel Pomerleau qui traite des démarches de la Croix-Rouge canadienne en faveur de prisonniers de guerre, celle de l’historien John MacFarlane qui met au jour le personnage de Paul Triquet, Canadien français décoré de la Croix Victoria, et celle de l’étudiant au post-doctorat Benoît Lemay qui développe le problème du feld-maréchal von Manstein face aux ambitions d’Adolf Hitler.

Pour ce qui est des communications des deux autres sessions du colloque qui étaient Information et propagande et Mémoire de la Seconde Guerre mondiale, nous les publieront dans le prochain Bulletin d’histoire politique.